Laura Vereecken, 23 ans sera la représentante française de la catégorie miroiterie lors de la finale européenne des worldskills, compétition qui réunit les meilleurs jeunes de plusieurs domaines différents pour les faire concourir sur un sujet donné.

Cette année, la finale européenne se déroulera du 22 au 26 septembre 2021 en Autriche à Graz.

Laura Vereecken, représentante française du domaine de la miroiterie lors des Euroskills

51315259102_f7a12ceea4_c.jpg

©WorldSkills France – Laurent Bagnis  

Comment as-tu découvert la miroiterie ?

Pour la miroiterie, il se trouve que lorsque j’étais 3ème, je ne savais pas encore dans quel domaine j’allais me lancer, mais ce que j’aimais avant tout, c’était le travail manuel. Avec ma mère, je me suis rendue aux journées portes ouvertes de mon lycée [Lycée Professionnel Le Corbusier à Tourcoing (59) – NDLR] et c’est là que j’ai découvert par hasard les métiers du verre.

Dans cette salle, des produits en verre étaient exposés et cela m’a tout de suite attiré. En sortant de cette salle je savais que je voulais m’orienter dans ce domaine.

Quel est ton parcours ?

J’ai fait un CAP Décoration sur verre en 2 ans et ensuite le brevet de métiers d’art (BMA) Verrier décorateur, en 2 ans aussi.

Pourquoi avoir choisi la miroiterie ?

Le verre est un matériau spécial et ce que j’aime dans ce matériau, c’est le fait qu’il existe énormément de techniques pour le travailler, ce qui laisse donc vraiment libre cours à mon imagination et ma créativité.

Comment t’es-tu préparé à cette compétition ?

J’ai d’abord passé une première sélection en Autriche, là où j’ai rencontré Benoît Leclercq, l’expert-métier qui me suit durant cette compétition. Avant la miroiterie ne se faisait pas au niveau européen, car il fallait une participation d’au moins six pays différents, mais un jour j’ai reçu un appel des Worldskills France, qui m’ont demandé si je voulais continuer la compétition au niveau européen, proposition que j’ai tout de suite accepté.

Mais la Covid a quand même eu un très gros impact sur l’évènement, la compétition a été énormément retardée.

Cela fait maintenant un an que j’ai repris l’entrainement, j’ai été dans de nombreuses villes en France et dans plusieurs entreprises pour parfaire mes compétences. De là j’ai pu apprendre et voir plusieurs façons de travailler le verre et trouver la manière de travailler qui me convient le mieux. J’avais notamment des soucis au niveau de la gestion de mon stress, que j’ai appris à canaliser, et j’ai aussi grâce à l’entraînement gagné en rapidité, précision, techniques et acquis une meilleure organisation de mon travail.

Qu’est ce qui t’as motivé à participer aux Worldskills ?

Au tout début, lors de mes années au lycée, mon professeur m’avait informé de l’existence de la compétition et m’avait recommandé de participer aux sélections régionales. J’ai alors participé et remporté la médaille d’or aux régionales des Haut-de-France. Par la suite, lorsque mon proviseur m’a remis cette médaille d’or, j’ai très vite compris que mon aventure aux Worldskills n’étais pas finie, j’ai donc aussi participé à la finale nationale, où j’ai pu décrocher une médaille de bronze.

 

Comment appréhendes-tu le concours ?

Les nationales m’ont vraiment permis de réaliser l’ampleur de cet évènement. Lors de ma première sélection en Autriche, j’ai pu voir le très gros niveau des compétiteurs européens, c’est impressionnant, notamment le compétiteur autrichien qui a fait montre d’une compétence exceptionnelle.

Ma caisse à outils est déjà arrivée sur les lieux de l’évènement, ce qui me fait prendre conscience que la compétition européenne commence dans très peu de temps. Ça me met un peu de pression, mais en même temps j’ai hâte !

Actuellement, j’ai une semaine de repos, qui va me permettre de me détendre et de canaliser mon stress. Je dois être au top de ma forme pour la compétition !